Réforme ou déformation de l’éducation en Pologne ?

La grande victoire de PdE est d’accuser et de gagner le procès avec le Ministère de l’Education Nationale MEN (Ministerstwo Edukacji Narodowej) pour déclarer les responsables des nouveaux programmes. La base de cette intervention a été la loi polonaise sur la transparence de la vie publique.

Notes de la réunion avec la présidente de la Fondation „Przestrzeń dla Edukacji” (PdE) Iga Kazimierczyk à Varsovie 13 octobre 2017

La Fondation «Przestrzeń dla Edukacji” (Espace pour l’Education) s’occupe de l’éducation aux niveaux petits enfances en organisant des séminaires, des conférences et en préparant des manuels de l’utilisateur destinés aux parents et aux enseignants. C’est une voix consultative pour l’opposition en Pologne de type think tank. Elle gère un jardin d’enfants indépendant, qui est la source de leurs revenus et est soutenue par la Fondation Batory  » Plan dla edukacji  » (Plan pour l’éducation) .

L’une des critiques formulées par le PdE est le changement, sans base juridique, de l’obligation légale de fréquenter l’école de 5 à 6 ans. Ce changement déforme la préparation les élèves à l’école, réduisant les chances des jeunes au début de l’éducation.

La Fondation n’est pas grande, mais elle est membre du mouvement beaucoup plus large « Obywatele dla Edukacji » (Citoyens pour l’éducation), un groupe de coordination d’organisations non gouvernementales travaillant pour l’école polonaise. Le but de ce mouvement est de construire une politique d’éducation civique en Pologne. L’objet de ce groupe est l’observation de la déformation et la préparation d’actions de réparation les changements négatifs dans la réforme scolaire.

La grande victoire de PdE est d’accuser et de gagner le procès avec le Ministère de l’Education Nationale MEN (Ministerstwo Edukacji Narodowej) pour déclarer les responsables des nouveaux programmes. La base de cette intervention a été la loi polonaise sur la transparence de la vie publique.

Le prochain procès en cours consiste à publier du contenu des consultations du MEN afin de remettre en question l’argument de la Ministère de l’Éducation sur la mise en œuvre de ces consultations sociales pour des projets de réforme de l’éducation (entre 2 et 3 semaines). Les chances de publier ces consultations à la suite de ce processus sont très sérieuses selon Iga.

L’un des problèmes de la réforme, outre la politisation de l’histoire et l’absence d’une approche contemporaine de l’éducation, est la question de la religion et la situation des groupes de croyances différentes. Les religions sélectionnées sont reconnues, mais pas les non-croyants. La question de séparer la religion d’un programme scolaire est un taboue, car la plupart des parents veulent une école catholique.

La coopération entre l’ADDP avec la Ligue de l’Enseignement et le PdE avec Mouvement « Ruchem Obywatelskim dla Edukacji » nous semble importante en ce qui concerne :

  • des programmes d’enseignement d’histoire,
  • une vision de l’éducation dans le monde numérique: comment et quoi enseigner quand les étudiants ont accès à des informations open source souvent fragmentaires ou faussées
  • comment enseigner les sciences exactes, les sciences humaines et sociales?
  • comment contrer la pression nationaliste dans de nouveaux programmes d’éducation en Pologne

Krystyna et Aleksander Baczko

A lire en polonais :

Reforma czy deformacja edukacji PL